Jeronimmo
Pour profiter de toutes les fonctionnalités de Jeronimmo, il suffit de vous inscrire. C'est simple, rapide et gratuit.

Une fois inscrit vous aurez donc accès en écriture a tous les forum, accès à des forums réservés (forum des membres, les constructions des membres), mais aussi à la médiathèque.

Alors n'hésitez plus, venez rejoindre notre communauté, partager vos expériences ou poser vos questions.

Jéronimmo


Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l'immo sans jamais oser le demander.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 article immo dans la presse locale.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
loran121
Jéronimaute d'argent
Jéronimaute d'argent


Messages : 282
Points : 378
Date d'inscription : 11/06/2009
Age : 44
Localisation : héhé... devine?

MessageSujet: article immo dans la presse locale.   Mer 17 Nov - 20:00

bcp de bien à vendre,baisse des prix,negocation possible...

en revanche les biens à renover en ville ne trouvent plus preneurs(entre les lignes:quelque soit le prix,y'a pas de marché)

les demandes de location augmentent en revanche.

Je me demande serieusement si pour investir,il ne faudrait pas chercher physiquement les biens plutôt que de sctruter les PA.reperer une maison visiblement inhabitée qui encombre son proprio(heritier assumant la TF et ayant la flemme d'entreprendre les demarches pour vendre la maison)se renseigner dans le voisinage pour avoir les coordonnées de celui çi et lui proposer de le debarasser(apres visite et estimation des travaux à faire)


Engros,se concentrer sur des biens qui ne sont pas deja à vendre et pour lesquels les prirpios n'ont pas fantasmé sur une valeur virtuelle
Revenir en haut Aller en bas
Ailleurs
Invité



MessageSujet: Le bon vieux temps   Mar 23 Nov - 23:26

Salut @loran,

C'est ce qu'on faisait fin des années 80... Ca prendrait bien la pente pour revenir...

On envoyait nos femmes flower prospecter dans les quartiers déshérités pirat de Strasbourg (genre Neudorf, Bishheim, Shiltigheim), pour repérer les immeubles bourrés d'immigrés... C’était pas des quartiers « zones », mais plutôt des quartiers populaires (type Front Populaire, que l’Histoire avait figé dans cette situation, juste avec les cheveux gris des habitants et des proprios en plus).

Elles leur demandaient qui était le proprio et où il habitait... moyennant une pièce ou une barre de chocolat aux enfants. queen

Quand ils ne parlaient pas assez le français, on allait au cadastre chercher l’adresse du proprio. scratch

Ensuite, on se présentait chez lui, avec mon associé, costard, cravate, mallette cuir et tout le fourbis, comme des investisseurs avisés Cool , qui offraient un prix généreux (lol), pensant développer le quartier dans 30 ans.

Le plus souvent, les « vioques » craquaient cheers , pensant que dans 30 ans ils ne seraient plus de ce Monde pour voir le renouveau, et que c’était une aubaine de nous vendre leur immeuble de 500 m², 8 appartements à 200 000 francs, plein d’immigrés et dont personne ne voulait.

Quand l’affaire était faite, une fois propriétaires, nous allions pleurnicher Mad aux HLM, et dans les Ambassades des dits immigrés pour qu’ils interviennent, sur le registre :

« logement indigne, hébergement impensable eu regard de la Grandeur de la France, lutte contre la misère, il y a des enfants, etc... ». Parfois même, ma femme emmenait leurs gosses à l’Ambassade en disant haut et fort dans le hall : « Tu vois ce que ton pays fait pour toi ! », en général le chancelier craquait en disant « Taisez-vous Madame, pas si fort, nous allons faire le nécessaire » (lol).

En quelques semaines, ils avaient une proposition de relogement, et moyennant une petite aide au départ (trois mois de loyer du nouvel HLM, environ 1000 balles par famille), l’immeuble nouvellement acquis se vidait en un clin d’oeil cheers .

Ensuite, on faisait venir un géomètre qui nous tronçonnait le bâtiment de façon ad hoc (1 500 à 2 000 francs la prestation à l’époque) élaboration d’un règlement de copropriété bâclé inclus santa .

Il ne restait plus qu’à vendre à la découpe les plateaux, après passage des colonnes de fluides (eau de ville et écoulements), à quelques bobos nostalgiques de 1936, qu’ils n’avaient pas connu et qui s’exclamaient :

« Tu as vu chéri, c’est le papier peint de chez Grand’mère... une fois qu’on aura fait les travaux, ce sera le même foyer chaleureux » (le papier peint, un peu comme celui du site de @léo.).

La prudence exigeait bien sûr de garder, après vente, une cave de l’immeuble en pleine propriété, afin d’échapper à la règle des 7/12ème (enrichissement sans cause, dit la loi).

Mais c’était une autre époque, les taux étaient à 17%, mais les prix très bas.
Revenir en haut Aller en bas
 
article immo dans la presse locale.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Liberté de la presse - liberté d'expression - liberté syndicale
» la mort programmée du diplôme d IBODE ?
» convention collective article 15
» Future mampreneur, pas la tête dans le guidon mais presque !
» Plus de TVA à reverser en cas de revente dans les 15 ans

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jeronimmo :: Discussion générale :: Le café du commerce-
Sauter vers: